Tarte au citron, cheesecake, charlotte aux fraises… La Boà®te à  Couture de Géraldine ressemble à  s’y méprendre à  une pâtisserie. Et pour cause, la jeune femme crée des bijoux en forme de gâteaux! Rencontre.

Des gâteaux dans La Boà®te à  Couture


Tarte au citron, cheesecake, charlotte aux fraises… à  croquer! La Boà®te à  Couture de Géraldine ressemble à  s’y méprendre à  une crème pâtissière. Et pour cause, elle crée des bijoux en forme de gâteaux! à€ croquer on vous dit.

Géraldine KleinGéraldine Klein a quitté sa Provence natale pour Barcelone il y a plus de quatre ans. Elle nous reçoit dans son atelier deà Gracia. Un lieu chaleureux parsemé de formes joyeuses. Des poupées japonaises, un (faux) énorme gâteaux rose, et sur sa table de travail, à  cà´té de l’ordinateur portable, de la pâte Fimo pour des gâteaux en cours de fabrication. Tartes aux abricots, cupcakes, cheesecakes, gâteaux au chocolat ou à«à de princessesà à» improbables, biscuits Le Prince…. dans des boà®tes à  casier transparents, des tas deà  bagues et colliers qu’on ne se prive pas d’essayer car ils sont vraiment alléchants, c’est le cas de le dire. La jeune femme de trente printemps revient tout juste d’un séjour au Japon. Elle à y est allée pour découvrir Tokyo afin d’y dénicher d’autres idées pour ses créations : à«à j’ai pour projet de fabriquer des mochis, je n’arrête pas d’en manger…à à». Les mochis ce sont ces sucreries à  base de pâte de riz et de haricots rouges et dont raffolent les Japonais. à«à Le Japon m’a fascinée, et je compte bien y retourner. Il y a vraiment de quoi faire!… j’ai même croisé une geisha!à à» lance-t-elle tout en nous montrant les trésors ramenés de son voyage. Livres de travaux-manuels, ouvrages « à  idées » pour confectionner de nouveaux bijoux, pâtes improbables enveloppées dans des packaging aux couleurs acidulées, des colorants fuschia, vert pomme, et autres à«à gourmandisesà à» pour créer toute sorte de bijoux. Et puis, un souvenir qui trà´ne sur la commode : une petite poupée geisha très kawaà¯. Géraldine Klein travaille avec de la pâte Fimo, la fameuse pâte à  modeler qui durcit au four. Son travail est minutieux, précis, il s’agit de petits objets (bagues, pendentifs, badges, boucles- d’oreilles…) sculptés avec un Opinel. Chaque pâtisserie est garnie de sucreries ou de fruits qui donnent l’eau à  la bouche : comme ce petit gâteau à  la fraise, très à«à babydollà à», il est ciselé de crème chantilly et décoré de petits morceaux de kiwis, le tout couronné par deux fraises appétissantes. Très ludiques, et forcément proches de l’enfance, les bijoux de Géraldine ont aussi la propriété de mettre de bonne humeur et de vous rendre complètement accro.

à«à Mes gâteaux sont bien meilleurs en Fimo à»

Mais pourquoi des bijoux en forme de gâteaux? à«à J’ai fait l’école hà´telière, j’ai appris à  faire des pâtisseries, mais je me suis vite rendu compte que ce n’était pas pour moi. J’adore les gâteaux mais je ne les réussi pas aussi bien dans la réalité que dans mes créations. Ils sont bien meilleurs en Fimo!à à» Géraldine quitte alors l’école pour se lancer dans ce qu’elle aime vraiment : créer des objets. à«à J’ai toujours fait des travaux manuels, quand j’étais petite, c’était la pâte à  sel, le papier mâché… J’étais toujours meilleure en modelage qu’en dessin. Mon père est artisan, il m’a encouragée dans cette voie quand j’ai arrêté l’hà´tellerie. Après un passage à  vide et des vacances pour faire le tour de l’Espagne, je me suis dit qu’il fallait faire ça. J’ai parlé de mes créations à  un blog de design anglais, ils ont aimé et ça a fait boule de neige. J’ai pu mettre en place ma boutique en ligne.à Mon copain, qui est photographe et infographiste, m’a beaucoup aidée aussi pour la partie image de La Boà®te à  Couture, le logo, par exemple. à»à Des bijoux pour enfants? Pas seulement. à«à Une mamie de quatre-vingts ans a acheté quelques bijoux! ils plaisent de 3 à  80 ans!à à». La Boà®te à  Couture, le nom de sa boutique sur le net, parce qu’elle fait aussi de la couture et parce qu’elle est tombée dans l’une d’elles alors qu’elle était toute petite : à«à Je n’ai pas oublié la boà®te à  couture de ma grand-mère… je l’adorais car elle y avait mis des tas de boutons de toutes les formes et couleurs, je m’amusais pendant des heures. Et puis, je continue à  coudre, je me fais des vêtements, pas toujours réussis mais je les porte quand même…à à» souligne-t-elle en riant. La créatrice de bijoux a pour projet de trouver d’autres à«à recettesà à», comme les macarons, ces petits biscuits fourrés de ganache, le fin du fin, indémodables. Grâce à  elle, on pourra aussi les porter. Attention, ces bijoux-là  rendent totalement gourmand!

à© Corinne Bernard, février 2010.

La Boà®te à  Couture, boutique en ligne : La Boà®te à  Couture