De l’émotion, de la poésie teintée de féminité pure, c’est ce qu’offre le flamenco de la sublime Maria Pagés. « Autorretrato », c’est un spectacle à  ne surtout pas manquer. Rendez-vous à au théâtre Poliorama jusqu’au 19 septembre.

Autorretrato, Maria Pagés

Accompagnée de danseurs et de six musiciens, à Autorretrato (autoportrait) est un show flamenco o๠à l’artiste Maria Pagés dévoile toutes ses facettes : poétique, humoristique, dramatique… Un flamenco pur qui ne se perd pas dans quelque chemin commercial trop facile. Ici, l’artiste et sa compagnie dévoilent toute l’essence de l’Andalousie dans ce qu’elle a de plus sentimental. L’émotion est omniprésente tout au long du spectacle. Les voix, les guitares, les danseurs, tout est là  pour distiller des moments d’intensité à  vous coller la chair de poule.

Observez bien les mains, les bras de Maria Pagés, sa manière de faire onduler son corps comme une vague… toute l’essence de la féminité est exprimée là , l’essentiel, la beauté.

L’écrivain José Saramago disait d’elle : à « Ni l’air, ni la terre ne sont pareils après une danse de Maria Pagés », c’est que la danseuse a quelque chose de surnaturel.

© C.B.

photo : © John Ross.

« Autorretrato », Maria Pagés (flamenco), jusqu’au 19 septembre 2010, au théâtre Poliorama (La Rambla, 115). Métro : L 1 et L3 Plaça Catalunya.