Le combo frenchy de Nouvelle Vague présentait Dawn of Innocence jeudi dernier à l’Apolo. Un spectacle enchanteur mis en scène par Jean-Charles de Castelbajac. Promenade photos ici.

Nouvelle Vague était à l’Apolo le 15 décembre dernier pour présenter son hommage aux 80’s britanniques. Un show troublant mis en scène par Jean-Charles de Catelbajac.

Le show, titré Dawn of Innocence est balancé par les voix et plastiques sublimes de Mareva Galanter et Liset Alea, Zula, « danseuse des ombres ». Robes de cuir zippée, de velours rouges ou de métal, elles habillent à merveille le spectacle en forme d’hommage à une féminité sensuelle et glamour. Un show chic, parfaitement millimétré par le styliste Jean-Charles de Castelbajac. Au programme, les titres sombres et intemporels de Depêche Mode (Master and Servant), Bauhaus (Bela Lugosi’s dead), Joy Division (Love will tear us apart) ou Visage (Fade to grey), OMD (Enola gay), The Cure (Lullaby)… des sons faisant partie du grand mythe musical de nos vies et qui balancent du côté de la cold wave, du goth ou de l’électro 80’s.

Le public de l’Apolo s’est facilement laissé griser par la magie d’une soirée qui convoquait certains cabarets parisiens aux alcôves de velours. Les voix profondes du duo de chanteuses, le violoncelle, la guitare… rimaient avec douceur lascive et sensualité ambiguë. Au final, un spectacle à la fois sombre et lumineux, un enchantement visuel et sonore.

© Corinne Bernard.

Si vous l’avez manqué ici, le spectacle « Dawn Innocence », Nouvelle Vague, se posera à  Paris pour plusieurs dates en 2012.

{Gallery dir= »nouvelle-vague-apolo » template= »Lightbox »}
photos : © Jean-Benoit Kauffmann, décembre 2011.