Shame, 2e collaboration entre le génial Steve McQueen et le très en vogue Michael Fassbender, est LE joyau à ne pas manquer en ce début d’année. Sortie en salles ce 17 février.

Shame ou la honte de ne pas aimer

Brandon a tout pour lui. Cadre supérieur au physique de rêve à faire pâlir n’importe quel éphèbe de pacotille. Il vit dans un appartement cosy à New York et sa vie pourrait être assez banale pour un privilégié. Mais Brandon est un sexaolique ou sexe-addict, comme on voudra. Il passe son temps à se masturber et à regarder des films X, même quand il est au bureau. Jouisseur. Il jouit comme d’autres se font des rails ou boivent de l’alcool. Et, de putes pas chères en call-girl distinguées, il se promène dans un New York de cinéma à la recherche de l’émotion pure qu’il ne sait pas, ne connaît pas. Sa soeur surgit soudain chez lui, aux abois, semer la pagaille dans cette « joyeuse » vie aussi insipide qu’un smartphone. Vide. Sa soeur Sissy… blonde et diaphane, fragile chanteuse de cabaret chic. Écorchée vive qui s’accroche à un frère aussi paumé qu’elle. Un frère et une soeur, où l’inceste plane, en quête d’amour. Mais quel est-il ce amour ? Un duo de bras cassés perdus dans la grande ville qui a sa part belle dans cet opus du déjà grand Steve McQueen. Où l’on voit Michael Fassbender-Brandon courir dans les rues la nuit. Fuir l’impossibilité d’aimer tandis que sa jeune soeur se tape son chef dans sa propre chambre. Et quand il croit enfin trouver la possibilité d’une alter-ego sous les traits d’une collègue de travail, Brandon se bloque, se fige, lui le Casanova ne peut faire l’amour avec elle. Brandon est malade et ça se voit, il nettoie tout sur son passage, époussette comme il baise. Sa vie doit être propre sans un fil qui dépasse. Il se sent sale à l’intérieur. Son chef qui lui a confisqué l’ordinateur le temps d’un reset lui lance : « ton disque dur est sale, très sale !»

Dorian Gray

On pourra parfois reprocher à McQueen la métaphore facile mais on loue sa manière de filmer la détresse d’un homme blessé par le vide de son coeur. Incendié, dévoré tout entier par cette privation d’amour. Et cette tristesse… Comme la peur d’entrer dans la vie avec ses failles, ses rues tortueuses. Comment mieux que Steve McQueen raconter l’impossibilité d’aimer qui frappe tant de personnes par les temps qui courent ? Shame serait une métaphore filée de notre société où l’incommunicabilité est reine malgré les réseaux sociaux et autres miroirs aux alouettes… Et l’on ne peut pas ne pas songer à Dorian Gray, riche, beau, dépravé et si seul. Shame, ce n’est pas un titre pour la honte du sexe dans une Amérique puritaine, c’est la honte de ne pas aimer. C’est bien cela que tente de cacher le héros du film. Sa véritable honte et sa détresse. Le sexe est alors pour lui un jeu si évident, comme une parade…

© Corinne Bernard, février 2012.

Shame, un film de Steve McQueen, avec Michael Fassbender, Carey Mulligan, James Badge Dale, Nicole Beharie.  Sortie en salles en Espagne le 17 février.