The Bling Ring
, le dernier bel opus de Sofia Coppola raconte les virées strass et paillettes d’un jeune gang qui a réellement existé et pillé les villas hollywoodiennes de célébrités telles que Paris Hilton, entre 2009 et 2010. À l’affiche le 11 octobre.

 

Des demoiselles et leur meilleur ami en goguette dans Los Angeles by night. Mais qu’est-ce qui les branche tant au point d’aller voler des villas de leurs people adorés Paris Hilton, Orlando Bloom ou Rachel Bilson ? Entrer dans les villas de stars pendant qu’elles sont occupées ailleurs à des fiestas de strass et de paillettes. Ah, les sacro-saintes marques qui  remplissent une vie. Vuitton, Cartier, Chanel… et toute la panoplie du fric c’est chic condimentée par l’aura populaire de ces stars en toc, voilà ce qui les fait vibrer. Surnommé par les médias The Bling Ring, ce gang de post-adolescents a réellement pillé comme on joue pour des millions de dollars, de 2009 à 2010. La filmographie de Sofia Coppola, de Virgin Suicides à Somewhere en passant par le Versailles-pop Marie-Antoinette,  raconte le vide existentiel, la vacuité dans ce qu’elle peut avoir de plus triste ou de plus dérisoire. Si l’avant dernier, Somewhere (2010), nous menait dans l’intimité d’un acteur paumé et rattrapé du plongeon dans la piscine par sa fille de onze ans, The Bling Ring montre le vide dans ce qu’il comporte de plus anxiogène  : ce besoin de le combler en s’appropriant les objets clinquant de stars adulées, véritables modèles pour ces jeunes américains de Los Angeles perdus entre stroboscopes quotidiens, cocaïne et scandales hollywoodiens. Le film nous fait entrer dans la vie de ces cinq- là, une petite bande joyeuse, « proprette », vêtue du complet uniforme des magazines, uniques lectures extra-scolaires. La réalisatrice, cinéaste prodige, elle-même baignée depuis toujours dans l’univers affriolant du cinéma américain via sa célébrité de père, épingle les travers auxquels elle a su échapper mieux que d’autres enfants de stars ou de milliardaires (on ne pourra pas en dire autant de Paris Hilton…).  

Le spectateur suit le jeune gang, Misfits de notre siècle, dans ses virées nocturnes, entre clubs remplis de leurs stars préférées (on aperçoit d’ailleurs Paris Hilton, l’une de leurs victimes dans la vraie vie) et cambriolages. Le but avéré et non dissimulé de ces jeunes qui ont tout pour eux, ils ne viennent pas de la working-class, n’habitent pas des banlieues mornes, est de briller façon « bling-bling » à coup de sacs Louis Vuitton, montres Rollex et autres objets de la richesse et des projecteurs. L’important étant de combler les trous d’une existence sans idéaux, sans but et sans imaginaire. Alors imiter à tout prix ces people jusqu’à pénétrer dans l’intimité de leurs villas hollywoodiennes, porter leurs vêtements siglés. Et puis, s’en vanter dans les clubs et soirées privées avec le moins de discrétion possible :  « Waow ! vise un peu mes Manolo Blahnik fauchées chez Paris ! » Un jeu, un plaisir à poster sur Facebook qui leur fournit au passage adresses et emploi du temps de leurs célébrités à voler. Quand la vacuité est érigée en totem. Une fois de plus, Sofia Coppola met le doigt où cela fait mal. Une société sur le déclin, dénuée de repères hormis ceux du domaine des apparences… où tout devrait être aussi lisse et rutilant que les semelles d’une paire de Louboutin.

© Corinne Bernard, octobre 2013.

The Bling Ring, un film de Sofia Coppola, avec Taissa Farmiga, Israel Broussard, Emma Watson… 90 mn. À l’affiche en Espagne le 11 octobre 2013.