Célèbre pour son M bleu sur fond jaune, la bière Moritz régale chaque jour les amateurs de houblon. Les raisons du succès ? Une stratégie marketing habile misant sur les couleurs et les symboles traditionnels qui accompagnent la petite bouteille depuis des décennies.

Celle que tous les amateurs considèrent comme LA bière de Barcelone ne porte pas vraiment un nom aux accents catalans mais plutôt alsaciens. Louis Moritz, créateur de la marque, débarque de son village de Pfaffenhoffen en 1851 pour apporter son savoir-faire dans la brasserie d’un compatriote, Ernest Ganivet. Cinq ans plus tard Moritz vole de ses propres ailes et crée son entreprise. Le succès est fulgurant puisqu’il rachète la brasserie Joan Maurer, carrer del Portal de Santa Madrona et devient l’un des plus importants brasseurs de la cité condale. La blonde séduit ! La demande explose et très vite des terrains sont achetés Ronda Sant Antoni pour construire une nouvelle unité, qui se trouve également être un des premiers bâtiments de cette partie de l’Eixample. Au fil des années, l’usine s’agrandit et Louis Moritz, désireux de proposer une dégustation directe de ses bières, inaugure en 1897 la légendaire Cervecerí­a Moritz, Ronda Sant Pau, 5.

Actrice du prestige catalan

La mort du créateur en 1920 ne coupe pas le robinet de l’entreprise puisque les héritiers consolident la marque et l’associent aux légendaires lieux de rendez-vous barcelonais : les Café Zurich, Boliche, Velódromo, Font del Gat et autre Suizo. 1930 sera l’année des records ; dans une ville dont la séduction attire les regards envieux de ses soeurs européennes, en particulier sa rivale Ville Lumière, c’est le temps de l’insouciance : les oeuvres de Gaudi étonnent le monde entier, le plan Cerda ouvre les ambitions architecturales d’une kyrielle d’architectes assoiffés de créativité, l’industrie tourne à plein régime et les Barcelonais savourent leur réussite autour d’une Moritz. La marque jaune et bleue voit la vie en rose et contrôle bientôt 34 % du marché catalan.

La Seat et la bouteille

La guerre civile marque un coup d’arrêt, bien vite oublié et les volumes de ventes sont retrouvés dès 1947. L’ex-Alsacienne connaît ses trente glorieuses et se marie même avec Lamot pour prendre le nom de Cervezas Barcelona S.A, crée une nouvelle usine de production. Mais les années 70 et la grande crise espagnole ont la bière triste. Les bulles se transforment en larmes et l’Alsacienne disparaît en 1978. Six ans plus tard, la sixième génération de la famille Moritz se retrousse les manches et remet le célèbre M bleu au goût du jour, n’hésitant pas à jouer avec les valeurs qui ont rendu célèbre cette sacrée bouteille. Ainsi le siège se réinstalle dans l’immeuble originel de la Ronda Sant Antoni, et l’entreprise se procure d’antiques Seat 600 qu’elle repeint aux couleurs de Moritz, comme dans les années 50. Il n’est donc pas rare d’apercevoir ces véhicules pétaradant dans la ville, lesquelles sont maintenant aussi célèbres que les petites bouteilles. Celles-ci s’exposent fièrement dans les bars, restaurants et supermarchés de la ville. La belle Alsacienne est définitivement Catalane.

© Dominique Chidaine – Photos : Moritz